Forum pour étudiants et jeunes diplômés USTHB
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Reportage: Comment les Algérois passent leurs soirées de Ramadhan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admino
Admin


Nombre de messages : 579
Localisation : alger
Date d'inscription : 23/06/2008

MessageSujet: Reportage: Comment les Algérois passent leurs soirées de Ramadhan   Mar 9 Sep - 16:24

Reportage: Ramadhan
Virée à Sidi Yahia et à Bab El Oued
Comment les Algérois passent leurs soirées de Ramadhan


Deux lieux, deux ambiances. Si à Sidi Yahia, nouveau quartier d’Alger, la clientèle est triée sur le volet, à Bab El Oued, les habitudes d’antan n’ont pas changé.

Si à Sidi Yahia, les noctambules se réunissent dans des cafés bon chic, bon genre, à Bab El Oued, c’est un mélange des genres dans une atmosphère de joie et de bruit. Mercredi 19 septembre 2007. À peine 21h30 que le quartier de Sidi Yahia est déjà très animé. À cause d’une circulation automobile des plus denses, trouver une place de stationnement n’est pas chose aisée. Les cafés sont pris d’assaut par des clients qui viennent déguster des parts de qalb elouz tout en sirotant du thé à la menthe. Fait remarquable, ces cafés se sont spécialisés dans le narguilé (pipe à vapeur), ils proposent la séance à 500 DA. À écouter le patron du café la Kheïma, il n’y a pas une affluence particulière durant le mois de Ramadhan.

“Ramadhan ou pas, nous avons toujours autant de clients”, affirme-t-il. Dans un coin, deux jeunes s’emploient à aspirer le tabac à l’aide du long tuyau du narguilé. “Je suis égyptien et chez nous le narguilé est une véritable culture. Je suis ici en mission juste pour un mois et j’ai découvert cet endroit où je viens tous les soirs”, s’épanche l’un d’eux le sourire au coin. Dans l’établissement mitoyen, l’affluence est bien plus importante. Les serveuses arrivent difficilement à satisfaire les nombreux clients qui les interpellent de toutes parts. Le Danbech est un établissement fréquenté par des gens aisés et par des intellectuels. Adossé au comptoir, Kamel, le patron, veille au grain. Il surveille toute la salle en donnant, par-ci par-là, des ordres aux serveuses et aux employés. “Nous recevons toute l’année autant de monde. Mon café est réputé proposer de nombreux choix de parfums pour narguilé. Nos prix sont assez abordables et non comme colportés par certaines gens. Le café et le thé sont cédés à 50 DA. Propre et bien fréquenté, ce n’est vraiment pas cher pour un tel standing”, affirme Kamel. Dans cet établissement, chaque consommateur a droit à un embout jetable lorsqu’il s’agit de fumer le narguilé. “Vous voyez bien que sur chaque pipe nous déposons un embout neuf dans un sachet fermé. Nous tenons à respecter les règles d’hygiène”, explique l’employé chargé de préparer les narguilés. Un groupe de six amis, des habitués des lieux, est assis à sa place préférée. “Nous venons tous les jours ici. C’est un endroit propre et surtout bien fréquenté”, assure Djamel, la quarantaine et informaticien de profession. Les cafés de Sidi Yahia sont fréquentés par les femmes accompagnées ou seules. Il n’est pas, en effet, rare de voir des groupes de femmes ou de jeunes filles attablées. “Vous connaissez beaucoup d’endroits en Algérie où des femmes seules peuvent s’attabler sans être importunées. C’est la raison qui m’a amenée ici”, dit une jeune fille d’une trentaine d’années. Les boutiques chic du quartier ne sont pas prises d’assaut en ce début de Ramadhan. Même si les prix affichés ne sont pas à la portée des petites bourses, il n’en demeure pas moins qu’à l’approche de l’Aïd, les magasins seront en rupture de stock, selon un commerçant. À une centaine de mètres des cafés, une foule fait la queue devant le magasin Ring de téléphonie mobile. Nombreux sont, en effet, les gens attirés par la promotion de cette enseigne qui propose une puce et une recharge à 1 000 DA pour un crédit de temps de parole équivalent à 1 200 DA. De plus, pour tout achat, un ticket à gratter est servi au client qui est sûr de gagner au minimum deux appareils photos. Les plus chanceux auront droit à une omra ou à un ordinateur portable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://usthb.mesetudes.net
magmar
Admin


Nombre de messages : 142
Date d'inscription : 27/06/2008

MessageSujet: Re: Reportage: Comment les Algérois passent leurs soirées de Ramadhan   Mer 17 Sep - 16:54

Je suis plus to' genre bab eloued, sidi yahia pas tous les jours ca donne des noséle monde qu'il ya labas a force
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Reportage: Comment les Algérois passent leurs soirées de Ramadhan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Polémique autour d'un livre qui explique aux Musulmans comment battre leurs femmes
» pour ceux et celles qui passent leurs examens 2012
» Texte support pour 4AM( le reportage )
» Cafep : Comment se passe l'affectation pour un premier emploi en contrat définitif ?
» Nourriture et famine...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum USTHB :: CultureBabez :: Les Buvettes-
Sauter vers: